Le bout du tunnel.

Il y a plus de 9 mois maintenant que je suis engluée dans un burn out abyssal, qui reste douloureux et sur lequel je peine à mettre des mots .

J’ai malgré tout réussi à me projeter dans d’autres métiers, fait un bilan de compétences et envisagé plusieurs formations.

Je me suis à chaque fois heurtée à la réalité de la PMA et de nos espoirs : et si la prochaine FIV, le prochain transfert fonctionnait? Est-ce vraiment le moment de se mettre en danger financièrement et de tirer un trait sur la sécurité de l’emploi? Une formation, oui, et si dans quelques mois tu es enceinte et alitée?

Sans compter que le boulot du cher et tendre est sacrément mis à mal par le covid et qu’on ne sait absolument pas (comme beaucoup) de quoi les prochains 6 mois seront faits. La seule certitude, c’est que si on est tous les deux au chômage, on ne pourra plus payer nos factures. Parfait pour accueillir un enfant, une vie d’amour et d’eau fraiche!

Il y a longtemps que je serre les dents dans mon travail, que je m’assieds sur de plus en plus de valeurs et je tiens, depuis au moins 3 ans, en me disant qu’un congé maternité me permettra bientôt d’y voir plus clair. (lol)

On a vécu janvier 2020 comme une ligne de départ. C’était la fin de ces 4 années de recherches génétiques et de dossiers administratifs, c’était notre entrée dans la cour des grands, c’était le moment où jamais de continuer à baisser la tête et à encaisser, le temps du sprint final.

La pandémie est passée par là et a tout emporté, mes espoirs de bébé et ma résilience au travail. Impossible de baisser la tête plus longtemps, le sprint prenant doucement le chemin de la course d’endurance.

Septembre 2020, on y a cru. Je serais, au pire, enceinte avant la fin de l’année, ça va s’éclairer!

Décembre 2020, on y a cru. C’est Noël.

Janvier 2021, quand le centre PMA nous a demandé une hystéroscopie et une biopsie de l’endomètre (après seulement 2 transferts), je me suis effondrée. Je voyais le prochain transfert se profiler à + 6 mois et, au delà de la déception, c’est ma santé mentale que je sentais vaciller en arrêt maladie. Attendre, confinée, le prochain protocole. Ne rien faire sinon penser, douter, culpabiliser.

J’ai postulé sans y croire sur un emploi en CDI, loin de mon métier mais pour lequel j’ai des compétences. J’ai été prise. J’ai donné ma démission il y a un mois et j’ai la sensation de revivre depuis.

Ce changement implique une perte financière conséquente, mais sincèrement, ce n’est pas cher payé pour respirer à nouveau. J’aperçois le bout du tunnel et franchement, ça fait du bien!

Côté PMA on a trouvé un petit polype à l’entrée d’une trompe. On attend les directives du CHU mais le rendez-vous est déjà pris en avril s’il faut le virer. En théorie il ne gêne pas, mais ils sont réputés pour ne prendre aucuns risques… Les résultats de la biopsie ne sont pas encore arrivés.

Je ne sais pas trop comment accueillir cette nouvelle. Le changement professionnel me tire clairement vers le haut et me dynamise, je vais mieux et la perspective d’attendre encore quelques mois avant une tentative est moins insupportable. D’un autre côté l’horloge tourne, l’homme va fêter ses 44 ans et je panique en voyant le temps filer.

C’est l’ambivalence éternelle des sentiments! Alors je profite de ce qui me tire vers le haut et j’attends, encore et toujours, les consignes pour la suite…

7 Ui.

Fin du suspens. Ça baisse.

J’ai hâte de saigner et de passer à autre chose, apparemment il faut attendre un peu pour un nouveau transfert.

Je suis évidemment très triste, mais merci pour vos mots.

Sur insta ou ici, j’ai eu beaucoup plus de témoignages de tout petits taux qui s’accrochent que ce que j’imaginais. Ça arrive.

Ce n’était juste pas pour nous, pas cette fois.

10 Ui.

Clairement, à DPO14, c’est l’entre deux que je n’attendais pas.

Impossible de se réjouir, mais impossible de baisser totalement les bras non plus. On sera un peu plus fixé jeudi en fonction de comment ça évolue.

J’ai fait (pleins) de tests urinaires, même si j’en connais la fiabilité discutable (et que j’ai pensé très fort au dernier cycle de Bomaenpma). Ce qui me rassure c’est qu’ils étaient tous négatifs, sauf celui de ce matin où j’ai découvert une micro micro barre en plissant les yeux. Ca sous-entendrait que la phase est ascendante.

Je veux bien vos témoignages de mini-taux avec de belles fins.

Pour les scénarios de FC, GEU où grossesse biochimique, j’ai commencé à me les faire à la minute où j’ai lu les résultats…

Le TEC de Noël.

Mon PMAland impose deux cycles de repos après une stimulation.

Sur le papier et dans mon corps je le comprends, j’ai vraiment eu la sensation que cette pause physique était nécessaire après la deuxième FIV DPI. J’ai eu beaucoup plus de mal à l’encaisser que la première.

Dans ma tête par contre c’est autre chose… le bilan de cette première année « active » du côté du DPI commence à se profiler et avec 2 cycles de FIV seulement sur 11 mois calendaires, je ne me sentais pas très active, justement…

Les rapports avec capote ont rythmés notre année et j’ai de plus en plus de mal à composer entre mon désir d’enfant et la contraception.

J’attends, on attend, nous attendons… j’ai l’impression de vivre dans une immense parenthèse que j’ai hâte de fermer.

Lire la suite de « Le TEC de Noël. »

La parole est aux biologistes : réception du compte-rendu FIV 2.

Texte écrit il y a 15 jours, dans l’émotion de l’ouverture du courrier.

Ça y est, le compte rendu des biologistes est arrivé ce matin.

Quelques petites choses sont à corriger par rapport aux articles précédents, entre l’émotion et le débit verbal du Dr A. nous avions écorchés certaines infos.

Nous avions 5 embryons sains au total et non pas 6 comme je le pensais.

1 issu de la FIV 1 (celui transféré) et 4 autres issus de la FIV 2.

La biopsie est pratiquée à J 3 (la veille du transfert) et non pas à J4 comme j’en étais persuadée.

L’embryon transféré n’était donc pas un blastocyste mais un J4 (de bonne qualité tout de même).

Les 4 restants ont été poussés à J5, 3 ont tenus et ont été vitrifiés.

C’est plutôt une bonne nouvelle. Trois, ça veut dire plusieurs tentatives et le temps de se remettre s’il fallait envisager une FIV 3.

15 biopsiés. 10 atteints, 5 sains, 1 transféré, 3 vitrifiés. C’est précieux tout ça.

J’attends l’appel du Dr A., je réalise que le cycle de décembre risque de me passer sous le nez, le centre ferme pour les vacances de fin d’année. J’avais oublié.

L’anxiété qui m’accompagne depuis plusieurs mois ralentit ma pensée, j’ai la sensation de comprendre plus difficilement, de faire des liens moins vite. C’est normal et l’enjeu émotionnel n’aide pas, mais c’est pénible.


Edit du 15/10 :

Pas d’appel du Dr. A. …, j’ai contacté les sages-femmes pour en savoir plus.

Prochain transfert sur cycle spontané, aucun examen complémentaire n’est demandé.

Il faut que j’attende mes prochaines règles (dans une dizaine de jours) pour pouvoir fixer une date.

Rien n’est encore impossible pour un transfert en décembre, mais il faudrait que mes règles fassent pile poil 28 jours (et mon corps, ce troll, a une tendance exaspérante à la prise d’initiatives inappropriées) et que tout coïncide au jour près avec la fermeture annuelle du centre.

La sage-femme n’était pas non plus sûre que le nombre de cycles de repos soit suffisant… Bref, j’aurais plus de réponses au prochain J1 !

Laissez-moi tranquille.

Je viens d’envoyer bouler ma mère, hier, j’ai envoyé bouler un collègue/copain et je n’aime pas ça. Je n’aime pas ça parce que leur seul tort est de s’inquiéter pour moi, peut-être même de m’aimer.

Pour re-situer le contexte et parce que j’ai bien conscience qu’on est tous différents, surtout à ce niveau là : je suis introvertie. Je ne parle pas ou peu de moi (dixit la nana qui ouvre un blog sur sa vie) et tiens farouchement à ce que ma vie privée n’en ai pas que le nom. Je vis souvent comme une agression les questions trop personnelles. J’ai un master en réponses cinglantes et grinçantes qui peut me faire passer pour une personne froide.

Lire la suite de « Laissez-moi tranquille. »

2 FIV – 1 transfert. Victoire écrasante de DNLP.

C’est négatif.

Le blastocyste merveilleux n’a pas tenu et mon endomètre est actuellement en train de disparaître dans un flot rouge vif.

C’est le jeu, on le sait, mais ça fait mal, évidemment.

Je m’attendais à cette douleur. J’avais commencé à doucement courber l’échine les jours précédents la prise de sang. Tête baissée, j’attendais la vague en espérant ne pas m’y noyer.

Ce que je n’avais pas prévu en revanche, c’était la déception dans les yeux de mon compagnon. La peine partagée, la peine décuplée.

Lire la suite de « 2 FIV – 1 transfert. Victoire écrasante de DNLP. »

Mon petit point.

La stimulation de ma 2ème FIV DPI vient de se terminer. Provames, Bemfola 100 et Orgalutran ont rythmés mes journées depuis fin août !

La stimulation a été rapide, deux monitorages seulement ont été nécessaires. Cette fois-ci la réponse a été correcte : énormément de follicules hétérogènes aux échos, un oestradiol à 3200 deux jours avant le déclenchement, un joli endomètre triple foyer, un transfert frais de prévu.

Moralement, je me sens plus sereine que pour la première FIV. J’ai pu me piquer moi-même sans soucis et je ressens moins de pression quant à ma responsabilité dans la réussite de cette FIV.

Lire la suite de « Mon petit point. »

8 mois.

Presque le temps nécessaire pour te rencontrer.

Le temps imaginé, le temps rêvé au moment de la stimulation.

Puis plus rien, rien de rien, pendant 8 mois.

8 mois sans transfert, sans essais aucuns, sous contraceptif puisque ce DPI enlève tout espoir d’un bébé surprise.

8 mois avec très peu de nouvelles, il faut attendre madame.

8 mois entre ces 2 FIV, entre ces toutes premières chances de te rencontrer.

Je suis tellement heureuse d’avoir enfin le droit d’aller à nouveau vers toi.

J’ai peur, si tu savais comme j’ai peur.

Mais j’ai confiance en toi.

La première récolte.

C’est tout confiants que nous nous sommes avancés vers la ponction.

Nous savions que nous aurions droit à un « freeze all », et, très sincèrement, j’avais anticipé les éventuels échecs de transfert quelques cycles plus tard, les éventuelles fausses couches, les embryons qui pouvaient être tous atteints… mais je voyais la ponction comme une formalité qui venait clôturer ce premier protocole.

Anesthésie locale avec une équipe au top, très bonne gestion de la douleur de la part de soignants vigilants à ce que « les patientes ne gardent pas un mauvais souvenir de la ponction, pour qu’elles n’appréhendent pas le geste si elles doivent recommencer un prochain protocole.».

Mon ovaire gauche est placé très haut et peu accessible, la gynéco parvient pourtant à ponctionner sur chaque ovaire et je repars en chambre rassurée, l’étape me semble franchie.

Recueil de sperme simultané pour l’homme.

Une fois déperfusée, nous sommes invités à patienter dans une pièce avec d’autres couples. Il s’agit d’attendre que l’anesth, la sage-femme, la gynéco et la biologiste passent faire leur compte-rendu à chacuns.

Pour la confidentialité, on repassera, impossible de ne pas entendre le palmarès ovocytaire de chacune. Les autres femmes ont toutes un transfert frais prévu dans les jours qui viennent.

Quand vient notre tour, changement d’ambiance. La gynéco qui a pratiqué l’intervention nous demande de la rejoindre dans une pièce à part, elle a besoin de développer certains points avec nous. Visiblement notre récolte est loin d’être assez bonne pour être annoncée en public.

Lire la suite de « La première récolte. »